Blog

Corse

Escapade en Corse (2/2)

D’Alata à Bonifacio

Malgré un temps incertain nous décidons de partir coûte que coûte, le but étant d’aller au sud découvrir des paysages différents. La route tourne beaucoup, mais c’est trop joli.

On s’arrête une première fois pour manger un bout mais ils ne font pas à manger le dimanche midi pour le moment.

Un deuxième essai dans une petite pizzeria avant Propriano, ils ne prennent pas la carte bleue.

On finit par s’arrêter à Propriano, dans un petit restaurant qui fait des pizzas, des salades et des woks, la vue est extra ! Par contre on n’y mange pas très bien. Les pizzas sont un peu fades, et les plats peu copieux. C’est sûrement parce qu’on est en basse saison…

Nous découvrirons sur la route « Le lion de Roccapina » , késako ?

[ Minute histoire ]

«  A mi-chemin entre Sartène et Bonifacio, une sculpture naturelle se dresse. Le vent, les embruns et les pluies ont creusé et taillé le granit rose en créant parfois des sculptures représentant des hommes ou des animaux. La légende dit qu’au temps des sarrasins, un seigneur d’un grand courage vivait là, un jour qu’il chassait, le seigneur rencontra une jeune femme dont il tomba amoureux mais qu’il ne pouvait épouser. Alors, désespéré il invoqua la mort et il fut pétrifié sous l’apparence du lion »

Par contre on est les seuls à y trouver un éléphant ! Vous le voyez ?

Nous continuerons notre (longue) route et nous arrêterons à la plage de Santa Giulia à Porto Vecchio.

Une petite pause pour boire une Piña Colada (sans alcool parce que la fête est plus folle !) dans le bar « A Festa », inutile de vous répéter que la vue est encore magnifique.

Nous arrivons à Bonifacio, le paysage est encore différent, la roche est spéciale et les vagues qui viennent s’y écraser font quelque chose de Wahouuu !  

Un petit tour par les îles sanguinaires, très chouette. Les roches y sont plein de reliefs mais beaucoup plus touristique…

Corse

Escapade en Corse (1/2)

La traversée

Cela fait quelques temps que l’on prévoit un petit tour en Corse, l’occasion de découvrir ce département / pays indépendant (rayer la mention inutile) et rendre visite à des amis installés là-bas depuis peu.

Notre bateau partira du port de Toulon pour la traversée de 21h00. Avant de partir un petit arrêt pour manger un sandwich sur le port. Je découvre alors avec surprise deux chaussures différentes à mes pieds… Oui oui deux chaussures différentes… Grosse crise de rire, puis de honte, puis de « Comment je vais faire ? ». J’attribuerais la responsabilité de cet erreur au petit bébé dans mon ventre qui m’empêche désormais de voir mes pieds… Un petit stop par un magasin s’impose.

Il est 20h30 nous embarquons à bord du Mega Smeralda, on récupére les clés de la cabine XXL (au moins 2,5m² !).

Photo Mariage Ciotat Corse-005

On monte rapidement sur le pont visiter le bateau et admirer le magnifique coucher de soleil sur la rade.

On ne verra ni la piscine ni le Spa ni le Night Club, tout est fermé (pourtant on n’est pas au Canada :p). On profite pour faire le tour du bateau et prendre quelques photos de détail de celui-ci.

Photo Mariage Ciotat Corse-003

Arrivée sur l’île de beauté

Après une nuit (dire qu’on dort mal quoi) nous arrivons à destination. Lorsque le soleil fait enfin son apparition, hop tout le monde dehors !

Du ping pong, un bon repas et départ pour les « waouuuhh » , la route est superbe, nous nous arrêtons au « Golfe di Lava » et c’est magnifique !!!!

Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 5

Saint-Alexis des Monts

Après avoir passé une bonne nuit dans le super chalet de Marie, nous prenons la route pour « la nature d’Alexis » à un quart d’heure de route.

Lorsque nous arrivons nous nous engageons dans la forêt (très) enneigée. La promenade est belle même si la neige rend la marche plus compliquée. J’espère très fort de tout mon cœur à la folie voir un petit orignal (même un caribou, un cerf, une biche ou une louuutre ferait mon bonheur 😉 ) Mais lorsqu’on croise Thierry le Chasseur, on apprend que les orignaux sont très difficiles à voir dans ce secteur. On partira donc de la nature d’Alexis sans voir quoi que ce soit de trop chou-mignon-waouuuh-bébé, mais avec une jolie vue sur le lac Mouche en arrivant là haut.

Montréal

Pour notre dernière étape, nous visiterons la ville de Montréal. Les gratte-ciels nous regardent de haut, et la ville colorée est unique !

Lorsque nous arrivons -sous la pluie- nous visitons « Le village », le quartier des affaires et un (enfin 4) petit tour de grande roue avec vue sur la ville !

  

 

Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 4

Saint-Aimé des Lacs

Nous prenons alors la direction de Saint-Aimé des Lacs, notre prochaines étape. La route pour ce petit village de la région de Charlevoix est ma-gni-fique. Des dizaines de lacs gelés (dont un avec un héron posé que nous n’avons pas pu photographier à cause de l’absence de place pour se garer) s’enchaînent, créant de sublimes panoramas parsemés de neige. Un arrêt rapide devant une immense cascade de glace et nous reprenons la route.

La route longe les Fjords du fleuve Saint-Laurent, un petit arrêt s’impose.

Arrivés à notre petit chalet (à 3 pas du lac de NAIIIIIRNEEEEE Nairne), nous décidons d’aller faire un tour à Malbaie. Située à l’embouchure de la rivière du même nom, Malbaie borde le fleuve Saint-Laurent. Malgré un superbe coucher de soleil sur le fleuve, le froid s’installe et nous pousse à nous mettre au chaud.

 

L’Isle-aux-Coudres

Au réveil, le lac a gelé, et se pare de ses plus belles couleurs et d’un peu de brume.

Après avoir parcouru les différentes activités à faire dans les environs, et appris que la majorité d’entre elles sont fermées à cette période de l’année, la traversée pour l’Isle-aux-Coudres est encore active (jusqu’au 30, on est le 29 !). Après une traversée d’une vingtaine de minutes en ferry, nous parcourons la vingtaine de kilomètres qui fait le tour de l’île. On mange donc quelques sandwichs (au froid, encore !) avant de reprendre le bateau.

Pour terminer la journée, nous partons en route vers les chutes Fraser. Arrivés devant le chemin sensé nous y mener, une barrière nous bloque le chemin (Fermé pour l’hiver, encore…). On ne se démotive pas, et on trouve un autre sentier qui contourne cette petite difficulté. Après une bonne vingtaine de minutes à remercier les loueurs de voitures de nous avoir surclassés en 4×4 au lieu des berlines prévues initialement, et à rouler au milieu de champs et de lignes haute tension, nous atteignons enfin une entrée « cachée » du camping qui abrite ces chutes.

Malheureusement les écureuils sont là, ainsi qu’une belle rivière, mais on cherche toujours les chutes.

 

 

Québec City

A notre réveil, tout est blanc ! Quelques centimètres de neige sont tombés pendant la nuit, le paysage est complètement changé !

Aujourd’hui, c’est visite de la ville de Québec. Après une courte hésitation quant à l’état des routes pour parcourir les quelques 140km qui nous séparent de la ville, on décide finalement de s’y rendre.

Après 2h de route sous une forte neige, le froid de la tempête de neige sur le Vieux-Québec est glacial.

Les rues commerçantes sont typiques, et l’ambiance d’Halloween est clairement palpable ! On ne sort pas trop l’appareil photo (qui a d’ailleurs fini complètement trempé à cause de la neige, même dans le sac à dos…)

 

N’empêche que Québec… Je me souviens !

Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 3

Le Lac Saint-Jean

Nous prenons la direction du Nord pour le village de Chambord, qui borde le Lac Saint-Jean.

La route traverse diverse réserves et borde la rivière Matawin et ses nombreux lacs.

La nuit arrivée, rien de tel qu’un brasero sur la plage du lac pour s’acclimater aux -1°C !

Val-Jalbert

Sur les berges du Lac Saint-Jean se trouve le village fantôme de Val-Jalbert. Cette ancienne usine de pâte à papier du tout début des années 1900 est idéalement disposée pour utiliser la rivière Ouiatchouan comme source d’énergie pour la transformation du bois coupé sur les berges, ou des troncs transportés par celle-ci.

La chute de la rivière Ouiatchouan de plus de 70m

 

L’école-couvent du village

 

Le village

Certaines parties du village ont été laissées « dans leur jus », et nécessitent un peu de rénovation !

 

Un accès aménagé permet d’accéder au surplomb de la cascade, et à l’autre partie de la rivière. Cet accès se fait par l’ascension de quelques 800 marches (!)

L’accès à la chute Maligne

 

On y est presque !

 

La chute Maligne (49m)

La chute à l’Ours

Un peu plus au Nord, les rapides de la rivière Ashuapmushuan présentent un débit impressionnant au niveau de la chute à l’Ours.

Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 2

Shawinigan

Après une paire d’heures sous la neige en quittant Saint-Adolphe d’Howard, nous nous arrêtons dans la ville de Shawinigan, en Mauricie.

La « cité de l’énergie » est connue pour son activité hydroélectrique, en particulier son barrage. La taille des « Shawinigan Falls » est impressionnante. Ce barrage abrite des alternateurs parmi les plus importants au monde.

La Mauricie

Le Parc national de la Mauricie étant fermé en cette période pour la préparation de l’hiver, on nous conseille d’aller à Saint-Mathieu-du-Parc pour y faire un tour au parc récréoforestier, attenant du Parc de la Mauricie. Ce parc longe la rivière Shawinigan et un petit lac.

Les sentiers s’enfoncent dans la forêt où les couleurs d’automne sont encore bien présentes.

Après une petite pause au pied de quelques parois d’escalade, on rentre à la maison !

 

Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 1

Saint-Adolphe d’Howard

Après une nuit fractionnée suite à un départ de la maison à 3h, un premier Marseille – Bruxelles à 6h puis enfin Bruxelles- Montréal, et un retour dans le passé de 6h. C’est quand même sympa de pouvoir faire un petit coucou au Groenland et aux icebergs depuis le hublot de l’avion !

Arrivés à Montreal, on récupère nos véhicules des gros SUV pour se fondre dans le décors.  Quelques flocons de neige nous accueillent pour nous rappeler où nous sommes. On se met alors en route vers notre premier logement à Saint-Adolphe d’Howard.

La vue sur le lac y est splendide avec ces couleurs automnales.

Vers 18h on se décide à aller manger un bout rapidement après cette longue journée. Notre choix se porte sur Tim Horton’s, une chaîne de Fast Food locale. Malheureusement les canadiens mangent plus tôt, et après des échanges compliqués avec l’accent de l’employé qui prend notre commande, on apprend qu’il n’y a plus certains sandwichs, plus de « quartiers de pomme de terre », bref, plus grand chose. Sa proposition de les remplacer par des croissants ou des chocolatines nous fait définitivement abandonner ce lieu. Ce sera donc un classique Mc Do, pour vite retourner se reposer.

Après une bonne nuit, en route vers le Mont Tremblant, une station de sports d’hiver très en vogue. Le petit village-station, tout droit sorti d’un décors de DisneyLand bien coloré avec sa Poutinerie et sa cabane à sucre.

Je tombe sous le charme de cette fabrique de sirop d’érable et je commande quelques sucettes faites en direct sur un petit lit de neige avec du sirop à rouler soi-même.


Mont Tremblant

Après cette petite visite de la station, on prend la direction du Parc National du Mont Tremblant. Le parc offre de nombreuses randonnées aux visiteurs.

Nous optons pour une petite ballade de 5 km avec un peu de dénivelé qui permet d’accéder à un point de surplomb du lac.

La ballade est pleine de couleurs (et d’écureuils). La montée est rude (sauf pour Robin et Gabriel qui font la montée en courant).

L’effort est récompensé par la vue arrivés en haut.

Il nous reste un peu de temps avant la tombée de la nuit. On se dirige alors vers les terribles chutes du diable de la mort qui tue.

On croise alors notre dernier modèle de la journée qui prend la pose pour que l’on puisse le photographier sous tous ses angles. C’est maintenant l’heure de retourner à notre « chez-nous » provisoire.

 

Ecosse

A la découverte de l’écosse – Jour 8

Glencoe

Après un dernier petit déjeuner écossais chez Vincent & Jennifer, on prend presque à contrecœur la route en direction de Glasgow où nous retournerons chez Douglas avant de prendre l’avion de retour pour Marseille.

Malgré un temps assez couvert, la météo nous permet de profiter des nombreux cours d’eau et des cascades de la région de Glencoe.

On se laisse même tenter par sortir tout le nécessaire pour réaliser des pauses longues sur une belle cascade juste en bord de route.

Cette fois-ci sera la bonne, il ne nous reste plus qu’à profiter une dernière fois des étendues vertes avant de rejoindre la ville.

Glasgow (Paisley)

On ramène donc la voiture auprès d’Arnold Clark à Paisley après un nettoyage de la voiture réalisé entièrement (intérieur et extérieur) par l’équipe d’Hannan’s Proper Car Wash pour seulement 6£ ! A ce prix là, c’en est presque gênant de ne rien faire…

Chez Arnold Clark, la personne fait un tour rapide du véhicule, vérifie que le plein d’essence est fait et… C’est tout. Contrairement à ce que l’on avait pu lire sur des forums concernant d’autres sociétés de location peu scrupuleuses malgré une renommée internationale, qui cherche à tout prix à faire payer aux touristes, Arnold Clark tient sa réputation et ne cherche pas la minuscule rayure qui vous fera payer des sommes astronomiques. Bref, on comprend pourquoi une voiture sur 3 en Ecosse porte leur nom sur un autocollant ou sur la plaque.

Ecosse

A la découverte de l’écosse – Jour 7

Ben Nevis

Après une soirée à profiter de la salle de billard et une bonne nuit chez Sara, nous partons vers le Ben Nevis, sommet culminant des îles britanniques avec ses 1344 mètres.

Station de ski en hiver, le lieu est une référence pour les passionnés de VTT. Arrivés en haut après 4h de marche 20 minutes de téléphérique, on profite de la vue imprenable sur la vallée et sur le Loch Linnhe.

 

Assez rapidement, les nuages sont de la partie et le paysage joue à cache-cache.

On décide finalement de ne pas utiliser le téléphérique pour le retour, et de redescendre à pied en longeant les pistes de VTT.

 

La fin du trajet se fait dans les sous-bois en longeant les rivières.

Arrivés à Kinlochleven, on a tout juste le temps de voir le mur de glace d’escalade en intérieur du village avant d’aller chez Jennifer & Vincent qui ont retapé un ancien poste de police où nous passerons la nuit.

Ecosse

A la découverte de l’écosse – Jour 6

Lochcarron – Applecross – Torridon (Bealach na Ba road)

Après un bon petit déjeuner écossais où notre hôte nous sert du Haggis (spécialité écossaise à base d’abats de mouton… Il faut quand même s’accrocher pour manger ça au petit-déj !) nous voilà partis en route vers la Bealach na Ba road, petite route qui relie Lochcarron à Torridon.

Cette route est la plus haute d’écosse, culminant à environ 600m d’altitude. Ca ne semble pas énorme comme ça, mais la route surplombe directement les falaises et la mer, donnant un sentiment d’immensité (et un peu peur parfois !)

La météo est super bonne, on peut enfin lancer notre drône (enfin on l’avait déjà utilisé la veille, mais Marvin avait oublié la carte SD… Sans commentaire.)

On s’attarde sur les différents paysages qui mêlent tous les décors du pays : des hautes montagnes, la mer, les lochs et des immensités de verdure.

Pendant que Marvin conduit (comme d’hab !) je cherche des traces de phoques et d’otaries que l’on peut apercevoir dans la région d’après Michael.

On n’aura pas la chance d’en voir, mais j’ai quand même trouvé des animaux sur le sable :

Le petit port de Shieldaig est un sanctuaire pour les Pyrargues (« Sea eagles ») mais on n’aura pas la chance d’en voir.

Loch Ness

On prends désormais la route du trop célèbre Loch Ness tout en profitant du trajet.

Le Loch Ness est assez décevant. Le cadre y est bien moins agréable que ce que l’on a pu voir les jours précédents, et ses berges, comme les châteaux qui le surplombent sont surpeuplés de monde à la recherche du monstre qui n’a toujours pas refait surface… Il n’aura même pas droit à son portrait !

Par chance, la maison de Sara où nous passerons la nuit est un peu à l’écart de cette agitation, nichée au milieu de la forêt d’Auchterawe.