paysage queyras PACA

Arvieux – Au pied de l’Izoard – Jour 1

Arvieux

A quelques heures de chez nous, 3h30 normalement pour atteindre Arvieux, il nous a fallu compter une heure de plus avec le petit bout d’un mois et demi, entre les arrêts « j’ai faim », « changez moi » et surtout les paliers de montée en altitude. En effet, on a appris au dernier moment, tout juste après avoir réservé notre séjour, que la montée en altitude avec un tout jeune bébé n’est pas aussi simple et évidente qu’il n’y parait. Prévoir donc une montée lente en altitude avec une petite pause tous les 300m pour l’acclimatation, et surtout se limiter à 1800m, et oublier toute montée express comme en télésiège.

Nous voici donc arrivés à Arvieux, petit village situé dans le parc du Queyras, entre Risoul et Briançon. La commune est située au pied du col de l’Izoard, rendu célèbre par les nombreux passages du Tour de France.

Par contre, on devra revoir tous nos plans de balades, toutes situées autour des 2400m… Un petit tour à l’office de tourisme et nous voilà partis à la découverte des environs.

La vallée

Le lac de Roue

A La Chalp, une commune d’Arvieux qui abrite une station de ski, on prend une petite route qui longe les télésièges (que l’on ne prend pas, vous avez suivi ? 😉 ), qui se transforme en petite piste jusqu’au lac de Roue.

Lac de Roue
Lac de Roue

On fait le tour du petit lac, habité en été par quelques ânes et chevaux montés pour profiter du point d’eau, de nombreuses libellules et quelques habitantes dont on pourrait être jaloux du cadre de vie.

Vache au lac de Roue

On continue la visite du coin en empruntant un petit sentier qui mène à une vue imprenable sur la vallée avant de rentrer déguster une bonne pizza au Jamberoute.

Vue panoramique sur la vallée
photo paysage corse Corse

Escapade en Corse (2/2)

D’Alata à Bonifacio

Malgré un temps incertain nous décidons de partir coûte que coûte, le but étant d’aller au sud découvrir des paysages différents. La route tourne beaucoup, mais c’est trop joli.

On s’arrête une première fois pour manger un bout mais ils ne font pas à manger le dimanche midi pour le moment.

Un deuxième essai dans une petite pizzeria avant Propriano, ils ne prennent pas la carte bleue.

On finit par s’arrêter à Propriano, dans un petit restaurant qui fait des pizzas, des salades et des woks, la vue est extra ! Par contre on n’y mange pas très bien. Les pizzas sont un peu fades, et les plats peu copieux. C’est sûrement parce qu’on est en basse saison…

Nous découvrirons sur la route « Le lion de Roccapina » , késako ?

[ Minute histoire ]

«  A mi-chemin entre Sartène et Bonifacio, une sculpture naturelle se dresse. Le vent, les embruns et les pluies ont creusé et taillé le granit rose en créant parfois des sculptures représentant des hommes ou des animaux. La légende dit qu’au temps des sarrasins, un seigneur d’un grand courage vivait là, un jour qu’il chassait, le seigneur rencontra une jeune femme dont il tomba amoureux mais qu’il ne pouvait épouser. Alors, désespéré il invoqua la mort et il fut pétrifié sous l’apparence du lion »

Par contre on est les seuls à y trouver un éléphant ! Vous le voyez ?

Nous continuerons notre (longue) route et nous arrêterons à la plage de Santa Giulia à Porto Vecchio.

Une petite pause pour boire une Piña Colada (sans alcool parce que la fête est plus folle !) dans le bar « A Festa », inutile de vous répéter que la vue est encore magnifique.

Nous arrivons à Bonifacio, le paysage est encore différent, la roche est spéciale et les vagues qui viennent s’y écraser font quelque chose de Wahouuu !  

Un petit tour par les îles sanguinaires, très chouette. Les roches y sont plein de reliefs mais beaucoup plus touristique…

photo voyage montréal canada Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 5

Saint-Alexis des Monts

Après avoir passé une bonne nuit dans le super chalet de Marie, nous prenons la route pour « la nature d’Alexis » à un quart d’heure de route.

Lorsque nous arrivons nous nous engageons dans la forêt (très) enneigée. La promenade est belle même si la neige rend la marche plus compliquée. J’espère très fort de tout mon cœur à la folie voir un petit orignal (même un caribou, un cerf, une biche ou une louuutre ferait mon bonheur 😉 ) Mais lorsqu’on croise Thierry le Chasseur, on apprend que les orignaux sont très difficiles à voir dans ce secteur. On partira donc de la nature d’Alexis sans voir quoi que ce soit de trop chou-mignon-waouuuh-bébé, mais avec une jolie vue sur le lac Mouche en arrivant là haut.

Montréal

Pour notre dernière étape, nous visiterons la ville de Montréal. Les gratte-ciels nous regardent de haut, et la ville colorée est unique !

Lorsque nous arrivons -sous la pluie- nous visitons « Le village », le quartier des affaires et un (enfin 4) petit tour de grande roue avec vue sur la ville !

  

 

photo voyage canada Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 4

Saint-Aimé des Lacs

Nous prenons alors la direction de Saint-Aimé des Lacs, notre prochaines étape. La route pour ce petit village de la région de Charlevoix est ma-gni-fique. Des dizaines de lacs gelés (dont un avec un héron posé que nous n’avons pas pu photographier à cause de l’absence de place pour se garer) s’enchaînent, créant de sublimes panoramas parsemés de neige. Un arrêt rapide devant une immense cascade de glace et nous reprenons la route.

La route longe les Fjords du fleuve Saint-Laurent, un petit arrêt s’impose.

Arrivés à notre petit chalet (à 3 pas du lac de NAIIIIIRNEEEEE Nairne), nous décidons d’aller faire un tour à Malbaie. Située à l’embouchure de la rivière du même nom, Malbaie borde le fleuve Saint-Laurent. Malgré un superbe coucher de soleil sur le fleuve, le froid s’installe et nous pousse à nous mettre au chaud.

 

L’Isle-aux-Coudres

Au réveil, le lac a gelé, et se pare de ses plus belles couleurs et d’un peu de brume.

Après avoir parcouru les différentes activités à faire dans les environs, et appris que la majorité d’entre elles sont fermées à cette période de l’année, la traversée pour l’Isle-aux-Coudres est encore active (jusqu’au 30, on est le 29 !). Après une traversée d’une vingtaine de minutes en ferry, nous parcourons la vingtaine de kilomètres qui fait le tour de l’île. On mange donc quelques sandwichs (au froid, encore !) avant de reprendre le bateau.

Pour terminer la journée, nous partons en route vers les chutes Fraser. Arrivés devant le chemin sensé nous y mener, une barrière nous bloque le chemin (Fermé pour l’hiver, encore…). On ne se démotive pas, et on trouve un autre sentier qui contourne cette petite difficulté. Après une bonne vingtaine de minutes à remercier les loueurs de voitures de nous avoir surclassés en 4×4 au lieu des berlines prévues initialement, et à rouler au milieu de champs et de lignes haute tension, nous atteignons enfin une entrée « cachée » du camping qui abrite ces chutes.

Malheureusement les écureuils sont là, ainsi qu’une belle rivière, mais on cherche toujours les chutes.

 

 

Québec City

A notre réveil, tout est blanc ! Quelques centimètres de neige sont tombés pendant la nuit, le paysage est complètement changé !

Aujourd’hui, c’est visite de la ville de Québec. Après une courte hésitation quant à l’état des routes pour parcourir les quelques 140km qui nous séparent de la ville, on décide finalement de s’y rendre.

Après 2h de route sous une forte neige, le froid de la tempête de neige sur le Vieux-Québec est glacial.

Les rues commerçantes sont typiques, et l’ambiance d’Halloween est clairement palpable ! On ne sort pas trop l’appareil photo (qui a d’ailleurs fini complètement trempé à cause de la neige, même dans le sac à dos…)

 

N’empêche que Québec… Je me souviens !

photo voyage canada Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 3

Le Lac Saint-Jean

Nous prenons la direction du Nord pour le village de Chambord, qui borde le Lac Saint-Jean.

La route traverse diverse réserves et borde la rivière Matawin et ses nombreux lacs.

La nuit arrivée, rien de tel qu’un brasero sur la plage du lac pour s’acclimater aux -1°C !

Val-Jalbert

Sur les berges du Lac Saint-Jean se trouve le village fantôme de Val-Jalbert. Cette ancienne usine de pâte à papier du tout début des années 1900 est idéalement disposée pour utiliser la rivière Ouiatchouan comme source d’énergie pour la transformation du bois coupé sur les berges, ou des troncs transportés par celle-ci.

La chute de la rivière Ouiatchouan de plus de 70m

 

L’école-couvent du village

 

Le village

Certaines parties du village ont été laissées « dans leur jus », et nécessitent un peu de rénovation !

 

Un accès aménagé permet d’accéder au surplomb de la cascade, et à l’autre partie de la rivière. Cet accès se fait par l’ascension de quelques 800 marches (!)

L’accès à la chute Maligne

 

On y est presque !

 

La chute Maligne (49m)

La chute à l’Ours

Un peu plus au Nord, les rapides de la rivière Ashuapmushuan présentent un débit impressionnant au niveau de la chute à l’Ours.

photo voyage canada Canada

Montréal et la région de Québec – Etape 2

Shawinigan

Après une paire d’heures sous la neige en quittant Saint-Adolphe d’Howard, nous nous arrêtons dans la ville de Shawinigan, en Mauricie.

La « cité de l’énergie » est connue pour son activité hydroélectrique, en particulier son barrage. La taille des « Shawinigan Falls » est impressionnante. Ce barrage abrite des alternateurs parmi les plus importants au monde.

La Mauricie

Le Parc national de la Mauricie étant fermé en cette période pour la préparation de l’hiver, on nous conseille d’aller à Saint-Mathieu-du-Parc pour y faire un tour au parc récréoforestier, attenant du Parc de la Mauricie. Ce parc longe la rivière Shawinigan et un petit lac.

Les sentiers s’enfoncent dans la forêt où les couleurs d’automne sont encore bien présentes.

Après une petite pause au pied de quelques parois d’escalade, on rentre à la maison !