PACA

Entre Alpes et Vercors en été – Jour 2…

La montée (encore !)

Aujourd’hui on part à 4, Marvin, Quentin, Ben et moi pour le lac de l’Eychauda. Ce lac est situé à 2514m d’altitude et à 6km du point de départ, tout là haut quoi.

On se lève donc aux aurores, la petite route qui mène au départ de la rando est plutôt sympa, une biche traverse même juste devant nous !

On décolle à 7h10, on est les premiers, et on aperçoit notre objectif, c’est haut, très haut… Le cadre est magnifique même si rapidement ça devient difficile…

« Imagine on arrive là haut, et le lac est à sec… »
« Arrête, c’est pas drôle ! »

Ça grimpe en lacets, le paysage bien que superbe n’est pas très varié et on n’en voit pas le bout, mais on reste motivés.

Le lac de l’Eychauda

Après plusieurs arrêts, quelques barres énergétiques, pas mal d’eau et un peu de repos pour nos jambes, nous atteignons enfin le lac de l’Eychauda en 3h. Ben, lui l’atteindra en 2h… La vue est superbe.

On se pose pour admirer le lac et manger notre premier sandwich.

On hésite à monter au col des Grangettes, qui nous demanderait une bonne demi-heure de plus et quelques 170m de plus à grimper, mais il paraît que la vue y est super…

Quentin reste pour pêcher dans le lac (oui oui il est monté avec sa canne) et Marvin décide de faire le tour du lac pour faire des photos.

On ne sera donc que deux à finir « l’ascension » avec Ben. Je rassemble ce qui me reste de force pour me motiver à monter tout là haut.

La montée est loin d’être facile, et les derniers mètres s’apparentent à de l’escalade (Ben je te vois d’ici dire que j’abuse), Ben éclaire toutes les hautes Alpes avec ses ampoules mais la vue est vraiment cool. On aperçoit même le glacier de Séguret Foran qui est à l’origine de l’eau glacée du lac.

Arrivés là haut je lâche un « waouuuuuuuuh » tellement la vue est magnifique, autant du lac que de l’autre côté du sommet c’est ouuuf !!! On se pose un peu pour contempler et faire quelques photos.

Pendant ce temps, Quentin a pêché un petit saumon qu’il a dû relâcher car trop petit, et Marvin a réussi à faire une photo.

Il est maintenant temps de redescendre… La descente est longue est difficile et il faut rester concentrer. Marvin nous attend tous les 100 m, tandis que Benjamin arrive 45 minutes avant nous….

Maël nous attend à l’arrivée avec mémé ! Quel bonheur de le retrouver !

paysage queyras PACA

Arvieux – Au pied de l’Izoard – Jour 2

Ceillac

Ce matin (heure espagnole étant donné qu’il est déjà 11h30, la nuit a été assez agitée avec le petit bout), nous partons pour Ceillac. Ce petit village à une trentaine de minutes deux paliers d’Arvieux (Voir les aventures pour se déplacer en montagne avec un bébé).

C’est d’abord dans ce petit village que nous avions cherché une location pour le week-end, mais tout était complet. Nous comprendrons vite pourquoi, car si  la vallée de Ceillac accueille une petite station de ski l’hiver, on croisera beaucoup de monde l’été. Le village sert de point de passage à de nombreuses randonnées l’été comme le GR5 ou le GR58 et de spot pour parapentes. (19 en fait, oui j’ai compté !)

Sur les conseils de notre hôte nous prenons LE sentier vers la Cascade de Pisse. Nous ne nous attendions pas à atteindre la cascade en à peu près 1minute et 37 secondes de marche. La cascade se situe en fait juste derrière le parking 😉 .

On décide donc de continuer un peu sur le sentier longeant les remontées mécaniques. Cette petite boucle (100m de denivelé quand on a pas bougé ses fesses depuis six mois, bin ça pique un peu ^^) nous fera découvrir le paysage d’un peu plus haut, « waouh » garantis : Ceillac nous séduira par ses allures de carte postale et ses montagnes à 360°.

Retour à Arvieux

Après une sieste  une courte pause à l’appart, nous décidons de continuer sur notre lancée en visitant le versant sud de la vallée du torrent de l’Izoard, en contrebas d’Arvieux. Le chemin étroit surplombe le torrent et traverse des paysages divers.

On prend le temps sur le retour de profiter de la compagnie des papillons sur les « hauteurs » d’Arvieux.